Conseils pour les enseignants de maternelle

Langage 

  • ne pas dévaloriser le langage de l’enfant (il fait illusion c’est un vernis) car ses productions concrètes ne sont pas à la hauteur de ses discours : c’est la nature même de son handicap,
  • ils retiennent très bien même le vocabulaire compliqué. Il faut donc chercher à valoriser ses connaissances, son langage, sa logique (même si par fois, il a du mal à organiser son propos, ex: il sait ce qu’il s’est passé mais ne sait pas le raconter d’une façon organisée),
    • ex: mon fils tenait toujours des raisonnements extrêmement logiques et pertinents découlant d’observation et de comparaisons judicieuses, mais il ne le disait pas en classe, c’était souvent quand il se retrouvait au calme (en voiture ou à table) qu’il s’exprimait,
  • il peut avoir du mal à se concentrer s’il y a trop de sollicitations : visuelles, auditives; il a besoin de calme et de plus de temps que les autres pour réfléchir. Il faut donc parfois le solliciter par des questions directes, autrement il ne prendra pas la parole devant ses camarades.

Graphisme

  • Ne pas insister sur l’apprentissage du graphisme (si vous voyez que l’enfant bloque ou n’a pas envie, c’est qu’il ne peut pas réaliser ce qu’il lui est demandé, tout dépend également de l’intensité de la dyspraxie et si elle est visuo-spatiale).
  • Ne pas lui donner à tout prix des fiches de graphisme pour qu’il fasse comme les autres, surtout ne pas lui donner des fiches avec par ex: des lignes horizontales ou verticales qui s’interrompent et qui continuent un peu plus loin , il lui est impossible de les prolonger ! il voit les autres réussir l’exercice et vit très mal son échec.
  • On peut utiliser par exemple de la pâte modeler en relief posée sur une feuille (faire le circuit de la lettre) pour lui faire percevoir le geste à réaliser et toujours commenter le chemin du crayon à l’oral.

La peinture doit être un plaisir : lui proposer des feuilles grand format, sur plan vertical… jouer avec les couleurs permet d’obtenir des résultats intéressants,(mais pas trop longtemps répéter le même mouvement est fatigant).

Lui proposer des coloriages (sans insister s’il dépasse), éviter les crayons de couleur (à moins qu’ils soient gros) préférer les feutres.

Utiliser des pochoirs : « gabarits-guide » fixés avec de la patafix.

Utiliser les programmes de coloriage et de dessin sur l’ordinateur.

Quand il dessine : noter ses commentaires sur le dessin et valoriser son projet plutôt que la réalisation elle même. Veiller à ce que les autres ne se moquent pas de ses « gribouillages », Mais ne pas l’encourager abusivement ou de façon imméritée pour ses « progrès », pour éviter qu’il se focalise sur le graphisme.

Guider sa main tout en commentant verbalement le tracé (on monte tout droit, …), en évitant de lui faire regarder.

Utiliser des outils qui glissent bien (pas de crayon gris !)

  Sources de l’article :
 Site national de DMF : http://www.dyspraxie.info